Actualités

21/10

Les listes Fiers d’être artisans - CGPME remportent une belle victoire aux élections aux Chambres de Métiers et de l’Artisanat

Les listes Fiers d’être artisans - CGPME viennent de remporter 26 Chambres de Métiers et de l’Artisanat (CMA), soit 35 % du total (17 % en 2010), et réalisent ainsi une très forte percée lors des élections aux CMA. Les listes « sans étiquettes » remportent, quant à elles, 11 Chambres soit 14 %.

Voir le communiqué de presse

04/10

Élections aux chambres de métiers

Élections aux chambres de métiers

30/09

Élections Chambres de métiers : défendons la qualification des artisans !

Élections Chambres de métiers : défendons la qualification des artisans !

 

La qualification professionnelle, c’est la reconnaissance du savoir-faire, du métier et des valeurs des artisans.
Face à l’ubérisation et aux concurrences déloyales « Fiers d’être artisans » défend une qualification gage de qualité.
Dans le même temps, il est indispensable de développer l’apprentissage en allégeant ses contraintes et ses coûts.

Dès le 30 septembre, VOTONS « FIERS D’ÊTRE ARTISANS » !

29/09

Un mauvais coup porté à l’apprentissage !

Un mauvais coup porté à l’apprentissage !

 Le Gouvernement envisage de réintégrer les contrats aidés, dont les apprentis et les contrats de professionnalisation, dans le calcul des effectifs des entreprises.
Une telle mesure aurait pour conséquence d’augmenter les cotisations et contributions sociales des entreprises, franchissant de ce fait les seuils sociaux et notamment celui des 11 salariés.
Plus grave encore, cette décision se traduirait par une chute brutale du nombre de contrats d’apprentissage qui peine pourtant à se redresser à la suite des changements de législation intervenus depuis 2013.
Cette mesure dogmatique et absurde ne peut qu’être un frein énorme au développement de l’apprentissage dans notre pays.
Il faut stopper cela. Maintenant.
Aux élections Chambres de métiers, votons « Fiers d’être artisans » pour défendre l’apprentissage, nos métiers et nos valeurs !

26/09

RSI : Exigeons le changement !

RSI : Exigeons le changement !

 

Comment a-t-on pu arriver à une telle catastrophe pour les artisans ? Comment le RSI, gouverné par l’UPA, a-t-il pu être aussi inefficace ?

« Il faut y remettre des artisans de terrain. On en a marre des professionnels de syndicalisme » F. Asselin (pdt CGPME).

 « Fiers d’être artisans » demande :
- La réforme immédiate du fonctionnement et de la gouvernance ;
- La suppression des cotisations sur les dividendes ;
- L’auto-déclaration et l’auto-liquidation de cotisations ;
- La limitation des cotisations aux seuls revenus du chef d’entreprise.

Élections Chambres de métiers : dès le 30 septembre, VOTONS FIERS D’ÊTRE ARTISANS !

23/09

Artisans : « non » à la retenue à la source

Artisans : « non » à la retenue à la source

 

La colère monte chez les artisans et TPE contre le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu (IR). Craignant une nouvelle « usine à gaz » identique au compte pénibilité, tous demandent le retrait du projet. La principale raison invoquée se trouve dans l’absence de services juridiques et comptables étoffés pouvant répondre à cette nouvelle surcharge administrative, à la différence des grandes structures. Autre problème soulevé, les tensions sociales et salariales que cette mesure pourrait entrainer. Une chose est sûre ! L’artisan ne veut pas se voir transformer en percepteur d’impôt pour le compte de l’Etat !

20/09

Ensemble, inversons la tendance !

Ensemble, inversons la tendance !

 

On nous avait promis la simplification administrative et nous avons le compte pénibilité, sommet de complexité et de folie réglementaire.

On nous parle de choc de simplification et on nous impose le prélèvement à la source, nouvelle complexité pour les chefs d’entreprise.

Dans chaque métier, de nouvelles normes ne cessent de nous être imposées et d'augmenter nos contraintes. Les obligations en tout genre pénalisent l’activité des petites entreprises et freinent au final l’emploi.
Alors ensemble, disons STOP !

Nous exigeons un moratoire sur les normes, la suppression du compte pénibilité et l’adaptation du code du travail à la réalité de nos entreprises.

Élections Chambres de métiers, dès le 30 septembre : votons FIERS D’ÊTRE ARTISANS !

16/09

La petite entreprise plébiscitée par les français !

La petite entreprise plébiscitée par les français !

 

Qui est le plus utile à la société : le journaliste, le responsable politique ou le chef d’entreprise ?
L’avis des français* est sans appel : le dirigeant d’une petite ou moyenne entreprise (88 %) devance nettement le journaliste (34 %) et le responsable politique (16 %). La figure du patron de petite entreprise qui incarne la proximité et l’authenticité, reste plébiscitée.
Par ailleurs, 60 % des français jugent que l’entreprise est plus utile que l’Etat. C’est la réalité !
Les artisans créent de l’emploi, assurent un lien social, fournissent des services, forment les jeunes. Nous pourrions faire beaucoup plus à condition de supprimer les freins qui nous brident. C’est le sens de l’engagement de « Fiers d’être artisans » aux élections aux Chambres de métiers.
Dès le 30 septembre votons « Fiers d’être artisans »

*sondage réalisé par l’Ifop du 21 au 24 juillet 2016

14/09

La FEP en campagne pour les élections CMA

La Fédération des Entreprises de Propreté (FEP) s’engage pleinement dans la campagne électorale des Chambres de Métiers au côté de ses partenaires de la CGPME, de la FFB, du CNPA, du CNEC, de la FNTI, de l’UMIH, de la FFAA, de la CNPEF.

 

En savoir plus

12/09

Commissions paritaires régionales : NON !

Commissions paritaires régionales : NON !

 

C’est sans aucun doute dans les entreprises artisanales que le dialogue social avec les salariés est le plus vivant et le plus direct.

Rappelons l’enquête réalisée par Opinionway en 2015 :  92% des salariés de TPE pensent que le dialogue direct avec le chef d’entreprise est essentiel à un dialogue social apaisé et 90% estiment que ce dialogue direct existe.

Alors, pourquoi faire rentrer des syndicats de salariés loin des préoccupations et des réalités des petites entreprises ?
Pourquoi casser ce qui fonctionne en créant des commissions paritaires régionales ? Pourquoi faire payer par les entreprises des « machins » qui ne répondent pas aux besoins ?

Fiers d’être artisans dit NON aux commissions paritaires régionales interprofessionnelles dans l’artisanat. Laissons vivre le véritable dialogue social.

Les prochaines élections aux Chambres de métiers sont l’occasion de rappeler que nous voulons rester patron chez nous !

Votons Fiers d’être artisans !

08/09

Charges : les petits patrons n’en peuvent plus !

Charges : les petits patrons n’en peuvent plus !

 

Selon un sondage Ifop pour Fiducial, 81% des patrons de TPE jugent la fiscalité inéquitable. 68 % la jugent même confiscatoire.

La fiscalité est perçue comme un frein au développement de leur entreprise. 3 raisons sont mises en avant :
- le poids des charges patronales sur les bas salaires (96%) ;
- une réglementation incompréhensible (87%) ;
- la complexité administrative des déclarations (80%).

Les patrons de TPE demandent donc une diminution urgente et massive des impôts et des charges.

Diminuer les charges et les complexités administratives fait partie des propositions de « Fiers d’être artisans » pour les élections aux Chambres de métiers.

Si vous aussi, vous voulez agir, votez fiers d’être artisans !

02/09

Palmarès des métiers où il est difficile de recruter

Palmarès des métiers où il est difficile de recruter

 

Selon le dernier baromètre réalisé par le site d'offres d'emploi Jobintree, les secteurs de la santé, du social et de l'automobile ont été d'importants recruteurs au deuxième trimestre.
Parmi les 20 métiers les plus recherchés par les employeurs, 12 appartiennent au secteur de la santé, branche des services boostée par le vieillissement de la population.
Le métier d’ambulancier figure parmi les postes que les employeurs peinent le plus à pourvoir.
Outre le secteur paramédical, les métiers de moniteur d'auto-école, de carrossier ou encore de contrôleur technique automobile sont très demandés d'après Jobintree. Le secteur automobile a en effet enregistré un an et demi de croissance continue... avant de connaître un coup d'arrêt au deuxième semestre.
Mais l'emploi en France reste globalement porté par les services : depuis un an, 191 000 emplois ont été créés dans le secteur tertiaire, dont près de 10 000 dans les secteurs de la santé et du social sur la première moitié de l'année.
Un chiffre cependant encore insuffisant pour faire durablement baisser le chômage.
Source : baromètre Jobintree du 1er trimestre 2016 réalisé à partir de l’analyse de 140 000 offres d’emploi et plus de 1.1 million d’actes de candidatures, entre janvier et mars 2016

31/08

Fiers d’être artisans dévoile son programme pour les élections Chambres de métiers

Fiers d’être artisans dévoile son programme pour les élections Chambres de métiers

 Du 30 septembre au 14 octobre 2016, un million d’artisans et conjoints-collaborateurs vont élire, par correspondance, leurs 2.500 représentants aux Chambres de Métiers et de l’Artisanat.
« Fiers d’être artisans » et ses partenaires dévoilent leur programme en 5 axes :
• Touche pas à mon métier !
• Rester patron chez soi !
• RSI "trop c’est trop ! "
• Chambres de métiers : plus d’efficacité !
• Stop aux réglementations abusives

Lire le communiqué de presse

19/08

Fidélisons notre clientèle

Fidélisons notre clientèle

 

Fidéliser nos clients existants coûte bien moins cher que d’en prospecter de nouveaux. Comment faire en sorte qu’ils reviennent alors que la culture du zapping est grandissante ?

Ils veulent se sentir uniques : soyons attentionnés, prenons des nouvelles, sourions…

Ils veulent qu’on leur simplifie la vie : pensons au-delà de notre seul métier (livraison, sur-mesure, information, orienter vers un partenaire ou un collègue…).

Ils ont besoin d’établir une vraie relation : interrogeons-les sur leurs besoins, écoutons, prenons part à leur demande, notons des points importants dans notre fichier de clients…

Ils sont exigeants : montrons-nous experts dans nos réponses, mais restons simples en évitant le jargon du métier, apportons-leur des garanties (contrôle, assurance, label…).

Ils donnent leur avis : n’hésitons pas à faire une enquête de satisfaction et à les faire témoigner (un livre d’or, notre site web, notre page Facebook…).

En cas de problème, dialoguons pour en identifier la source et tenter de le régler. Un gage de professionnalisme consiste déjà à prendre une réclamation en considération.

Le bouche à oreille forge notre réputation ; soyons attentifs à nos actions du quotidien !

 

12/08

Banquier et artisan : une relation de fond(s)

Banquier et artisan : une relation de fond(s)

 

Le banquier est l’un des interlocuteurs privilégiés de l’entreprise. L’établissement de liens solides avec lui peut faire la différence pour assurer le succès de nos affaires. Alors entretenons le dialogue…et nos fonds propres.

Au-delà de nos besoins ponctuels, il faut le rencontrer périodiquement selon notre volume d’affaires (tous les trimestres, deux fois par an…). Présenter notre dernier bilan est un incontournable. En effet, la banque y a accès (à condition d’être sous forme de société), et lui permet d’évaluer son risque en complément d’analyses sectorielles. Nous avons donc tout intérêt à lui présenter pour faire parler les chiffres, expliquer nos particularités et nous projeter ensemble sur la base de nos affaires en cours. Bref, un lien de confiance personnalisé ne peut qu’être bénéfique à notre entreprise artisanale !

Ce qu’il va regarder en premier ?
- la solidité de nos fonds propres (le capital de départ augmenté d’une part des bénéfices annuels) ;
- ensuite si ces fonds propres sont suffisants par rapport au reste du passif (l’ensemble des dettes bancaires, fournisseurs, sociales et fiscales) : on parle d’indépendance financière ;
- mais aussi de ce dont nous disposons pour faire tourner l’exploitation : le fonds de roulement (fonds propres + financements bancaires – dépenses d’investissements), car il va servir à financer notre besoin en fonds de roulement (la valeur des stocks + les  créances clients – les  dettes fournisseurs).
Si le fonds de roulement est supérieur, notre trésorerie est structurellement positive ; si c’est l’inverse, c’est le découvert chronique…

On comprend vite qu’une clé d’un bon bilan est de consolider ses fonds propres dans le temps ! Alors soignons le, et rappelons-nous que BPI France et le médiateur du crédit sont là pour nous épauler dans nos besoins de financements. Notre organisation professionnelle et notre Chambre de métiers sont aussi là pour nous conseiller.

 

05/08

Le cloud, facilité et sécurité pour nos données digitales

Le cloud, facilité et sécurité pour nos données digitales

 

Nos données informatiques ont un caractère stratégique pour la gestion de notre entreprise et nécessitent une attention particulière : bonne santé de notre système (antivirus à jour) et de notre matériel mais aussi solutions logicielles adaptées, sauvegardes régulières sur plusieurs supports…

Nous pouvons aujourd’hui sauvegarder nos données ailleurs que sur un disque dur, des clés USB ou des CD (en cas de perte, que nous reste-t-il ?). La solution qui allie sécurité et efficacité pour toutes les entreprises, particulièrement les plus petites, c’est le cloud : nos données sont transmises via Internet pour être stockées sur des serveurs physiques à distance.

Ce qui compte désormais, c’est de disposer d’une connexion internet fiable, et de s’initier avec les conseils de professionnels de l’informatique.

01/08

Projet loi « Sapin II » et artisanat

Projet loi « Sapin II » et artisanat

 

Au moment même où un nouveau texte, le projet de loi « Sapin II », menaçait les artisans, la FFB a souhaité interroger le député de Côte-d’Or Laurent GRANDGUILLAUME, très impliqué sur les préoccupations des artisans : pénibilité, RSI, simplification, auto-entrepreneur, etc… (cf. : Interview Laurent GRANDGUILLAUME.pdf).

29/07

L’expert-comptable, notre partenaire conseil

L’expert-comptable, notre partenaire conseil

 

Beaucoup d’entre nous ne voyons notre expert-comptable que deux fois par an : lors de la clôture des comptes et de la remise de notre bilan.
Nous faisons appel à ses services pour remplir nos obligations comptables, sociales, fiscales et juridiques, et ainsi éviter des erreurs. Mais ce partenaire peut aussi nous conseiller sur l’évolution de notre activité, et nous accompagner dans notre rôle d’artisan gestionnaire. Nous devons reprendre la main sur notre gestion avec son aide.
La solution ? Les tableaux de bords.
Que doivent-ils apporter comme informations ? Par exemple, le suivi du chiffre d’affaires, des dépenses (fixes et variables au besoin), ce qu’il reste avant les rémunérations, le résultat net (bénéfice ou pertes), l’état de la trésorerie et un rappel des créances clients et de nos dettes fournisseurs (balance âgée).
Pour aller plus loin, selon les particularités de notre activité, nous pouvons également définir d’autres critères pertinents pour piloter notre entreprise : CA par salarié, nombre de clients ou de prestations réalisées, temps passés…
Enfin, des points comptables trimestriels nous permettront d’anticiper la clôture de nos comptes annuels, sans attendre la surprise de fin d’année !

22/07

La Cour des comptes dénonce le maquis fiscal qui pénalise les entreprises

La Cour des comptes dénonce le maquis fiscal qui pénalise les entreprises

 

TVA, impôts sur les sociétés, cotisations, CSG, CVAE, CFE, droits de mutation, versement transport, taxe sur les salaires, sans compter toutes les contributions sectorielles… C’est dans un véritable maquis fiscal que la Cour des comptes s’est aventurée en abordant la question des entreprises. Pas moins de  233 prélèvements qui, en plus de compliquer la vie des entreprises, coûtent cher à collecter pour l’État. Pour les entreprises, c’est une multitude d’interlocuteurs auxquels elles ont affaire et toute une série d’échéances à respecter. Chaque mois, une société au régime réel normal doit effectuer trois déclarations distinctes et cinq versements, selon un recensement précis de la Cour des comptes. Le prélèvement à la source, s’il est adopté à l’automne, va encore accentuer le phénomène, puisque les entreprises se verront confier un nouveau prélèvement en collectant l’impôt sur le revenu de leurs salariés. « Fiers d’être artisans » réclame une simplification en profondeur de l’administratif qui pollue le quotidien des entreprises.

15/07

Elections Chambres des Métiers : Fiers d’être artisans, fédérateur de valeurs

Elections Chambres des Métiers : Fiers d’être artisans, fédérateur de valeurs

 

Conscient que les intérêts des artisans et de leurs métiers seront mieux défendus en étant unis, les artisans carrossiers (FFC), coiffeurs (CNEC), ambulanciers (FNAA), professionnels de l’hôtellerie (UMIH) et poissonniers (Confédération des poissonniers et écaillers de France) ont décidé de rejoindre Fiers d’être artisans.
Ils participent donc aux élections des Chambres de métiers aux côtés de la CGPME, artisans de notre avenir et des artisans du Bâtiment (FFB), de la propreté (FEP) et de la réparation automobile (CNPA).
Un seul mot d’ordre : faire plus et mieux pour les artisans.

12/07

La qualification des artisans en voie d’être sauvée !

La qualification des artisans en voie d’être sauvée !

 

Lors de l’examen de la loi Sapin 2, les Sénateurs ont maintenu les dispositions que nous avions obtenues des Députés pour protéger la qualification des artisans.
Nous avons maintes fois expliqué l’intérêt de cette disposition qui protège le consommateur et favorise le développement des entreprises sans nuire à la création.
La volonté des pouvoirs publics de brader la qualification a donc été repoussée.
De même, le doublement du seuil de chiffre d’affaire pour les micro-entreprises a été supprimé.
Même s’il convient de rester vigilant, il s’agit d’une belle victoire pour les organisations composant « Fiers d’être artisans ».

06/07

Les artisanales de Chartres, du 07 au 10 octobre 2016, le rendez-vous annuel des artisans

Les artisanales de Chartres, du 07 au 10 octobre 2016, le rendez-vous annuel des artisans

 

Avec 85000 visiteurs en 2015, les Artisanales de Chartres constituent le plus grand salon annuel de tous les artisans de France.
Du 07 au 10 octobre 2016, sur de nombreux stands, exposants et apprentis prodigueront leurs conseils d’experts aux visiteurs en quête d’informations.
Une visite aux Artisanales de Chartres permet de découvrir la beauté de l’objet, la précision du geste, un échange avec des Hommes passionnés par leur métier.
Ces artisans perfectionnent un savoir-faire, innovent et se dépassent. Ils sont la preuve que les techniques à l’ancienne peuvent être synonymes de design et de modernité.
Avec une large couverture médiatique et une présence des représentants politiques nationaux, l’édition des Artisanales de Chartres 2016
sera de nouveau le rendez-vous incontournable de tous les acteurs qui font la richesse et le patrimoine national.

05/07

Les nouveaux chiffres de l’artisanat

Les nouveaux chiffres de l’artisanat

Au 1er janvier 2014, l’artisanat compte 1 200 000 entreprises (dont 226 000 auto-entrepreneurs) qui ont généré 107 milliards d’euros de valeur ajoutée soit 9,0 % de la valeur ajoutée de l’ensemble des activités marchandes non agricoles et non financières.
Les créations d’entreprises artisanales se sont élevées à 181 000 en 2014, réparties à parts égales entre micro-entrepreneurs et entreprises classiques.
Avec près de 2,2 millions de salariés et 790 000 non-salariés, l’artisanat occupe environ 12 % de la population active française. Mais, 62 % entreprises artisanales ne comptent aucun salarié.
Parmi les artisans chefs d'entreprises, 22 % sont des femmes et 29 % ont plus de 50 ans. Près de la moitié d’entre eux (45 %) ont un CAP, BEP pour diplôme le plus élevé.
Source : Direction générale des entreprises

21/06

Les micro-entreprises majoritaires chez les artisans en 2018

Les micro-entreprises majoritaires chez les artisans en 2018

 

En  2018, les cotisants artisans au RSI seront majoritairement des micro-entreprises, dont le revenu moyen annuel déclaré est de 4 900 €. Depuis des années, nous alertons le gouvernement sur le fait que l’auto entrepreneur est une légalisation du travail au noir.

Toujours est-il que les pouvoirs publics ont créé une vraie fracture au sein de l’artisanat dont les conséquences peuvent être dramatiques. Nous  leur demandons donc d’encadrer drastiquement le régime de la micro-entreprise en le limitant dans le temps et en le réservant à l’activité principale.
Nous veillerons également à ce que l’artisanat traditionnel ne soit pas la vache à lait qui compense le coût de la micro-entreprise, notamment au RSI.

16/06

Restons patrons chez nous !

Restons patrons chez nous !

 

Alors que la CGT bloque le pays depuis plusieurs semaines et empêche les entreprises et les artisans de travailler, l’UPA vient de signer un accord avec les 5 syndicats de salariés pour organiser les commissions paritaires régionales censées prendre en charge le dialogue social à la place des artisans. Le tout financé avec l’argent des seuls artisans : 0,15% de la masse salariale de chaque entreprise. Et l’UPA de souligner « le bon climat dans lequel s’est déroulé cette négociation ». Mais de qui se moque t-on ? Dans la période actuelle n’y a-t-il pas d’autres priorités pour l’UPA ? Chez les artisans, le dialogue social c’est dans nos entreprises au quotidien. Pas besoin de « machins » régionaux avec des syndicats bien loin de nos préoccupations qui viendront ensuite dans nos entreprises. « Fiers d’être artisans » demande la suppression des commissions paritaires régionales pour les artisans.

10/06

RSI : DISPOSITIF D’AIDE D’URGENCE A LA SUITE DES INTEMPERIES

RSI : DISPOSITIF D’AIDE D’URGENCE A LA SUITE DES INTEMPERIES

 

L’action sociale du RSI a engagé un fonds catastrophes et intempéries à destination de ses cotisants proposant une aide forfaitaire aux chefs d’entreprise et aux retraités sans attendre la publication de l’arrêté de catastrophe naturelle.
En cas de besoin, nous invitons les personnes concernées à prendre contact avec le service action sociale de leur caisse RSI.

 

10/06

Loi Sapin : les artisans gagnent le premier round

Loi Sapin : les artisans gagnent le premier round

 

Les artisans peuvent être rassurés. Les articles du projet de loi Sapin 2 qui fragilisaient les professionnels, ont été retirés. Ainsi, pour les micro-entreprises, les députés ont supprimé le lissage des seuils qui permettait le doublement du plafond du chiffre d’affaires pendant deux ans. De même, chaque micro-entreprise continuera d’avoir un compte bancaire spécifique dédié à son activité professionnelle.
L’obligation d’effectuer le Stage Préalable à l’Installation (SPI) demeure pour tous les créateurs d’entreprise.
La qualification professionnelle reste obligatoire pour exercer un métier contrairement à ce que prévoyait le projet initial. 
Fiers d’être artisans se satisfait de ce sursaut de lucidité, qui reprend notamment les arguments développés par la CGPME et la FFB, tout en restant vigilant concernant les débats à venir au Sénat. 

09/06

Les entreprises de propreté, des métiers, un secteur en plein expansion

 

Le secteur des entreprises de propreté est fier de compter un grand nombre d’artisans qui mettent tout en œuvre pour satisfaire leur client au quotidien. Avec plus de 27000 entreprises de moins de 10 salariés créées, les entreprises artisanales de propreté doivent faire face à des difficultés qui freinent leur croissance : coût du travail, concurrence déloyale, difficulté à trouver du personnel qualifié… La profession est organisée notamment via le dialogue social. En investissant dans la voie professionnelle pour former des jeunes, les entreprises de propreté font preuve d’un dynamisme dans un secteur fort concurrentiel. Découvrez leur métier au travers de la vidéo ci-après :

03/06

L’économie circulaire en marche chez les réparateurs automobiles

L’économie circulaire en marche chez les réparateurs automobiles

Un décret relatif à l'utilisation de pièces de rechange automobiles issues de l'économie circulaire est paru au Journal Officiel du 31 mai 2016.

Les professionnels de l’automobile doivent permettre aux consommateurs de choisir, pour certaines catégories de pièces de rechange, entre de pièces issues de l'économie circulaire et des pièces neuves. le CNPA se félicite d’avoir été moteur d’un texte novateur pour la filière aval au service de la mobilité des Français (cf. Communiqué de presse).

26/05

Loi Sapin, les artisans sont contre !

Loi Sapin, les artisans sont contre !

Le projet de loi Sapin sera examiné à l’Assemblée Nationale à partir du 6 juin prochain. Il comporte plusieurs mesures néfastes pour les artisans :
• une remise en cause envisagée de certaines qualifications ;
• une suppression du stage préalable à l’installation dans les 30 premiers jours de la création ; 
• un doublement du plafond du chiffre d’affaires des auto-entrepreneurs (soit 65 800 euros).
Auditionnés devant les députés de la commission des affaires économiques, la CGPME, Artisans de notre avenir et la FFB ont rappelé leur ferme opposition à ces dispositions qui, sous couvert de modernité, concourent à une dévalorisation de l’artisanat.
"Fiers d’être artisans" s’insurge contre ce qui constitue un retour en arrière. Après la création du compte pénibilité, l’instauration de commissions régionales paritaires pour représenter les salariés des petites entreprises, encore des mesures qui vont à l’encontre des intérêts des petites entreprises. Des amendements seront proposés pour revenir à un texte conforme aux intérêts des artisans.

23/05

L’excellence des femmes artisans à l’honneur !

L’excellence des femmes artisans à l’honneur !

Le 19 mai, la CGPME organisait la troisième édition des Trophées de l’Entreprenariat au féminin. Neuf femmes entrepreneures ont été distinguées. Ces femmes aux profils et à l’univers professionnel très différents partageaient les mêmes valeurs : le goût d’entreprendre, le plaisir de développer leur entreprise, la fierté de voir leur réussite mise à l’honneur.
Parmi ces lauréates, deux artisans :
• Lore Camillo, Les poteries d’Albi (81), a reçu un Trophée Coup de cœur
• Peggy Guillon Zaegel, entreprise Claude Zaegel (68), a reçu le Trophée des Métiers à conquérir

D’autres artisans figuraient parmi les finalistes, et notamment Clotilde Renauld, Carrosserie des deux ponts (54).

17/05

Les taxis « fiers d’être artisans » !

Les taxis « fiers d’être artisans » !

 

La Fédération nationale des taxis indépendants (FNTI) rejoint « Fiers d’être artisans » et ses partenaires pour les prochaines élections aux Chambres de métiers. Convaincue que les valeurs d’indépendance et de liberté pour l’artisanat doivent être défendues avec force, la FNTI constate également la nécessité de renouveler la représentation artisanale en France pour la mettre en phase avec les attentes réelles des entreprises. Les artisans taxis, soumis comme beaucoup d’autres à des situations insupportables de concurrence déloyale, souhaitent s’appuyer sur la dynamique « fiers d’être artisans » et sur ses partenaires pour promouvoir la qualification et obtenir le respect de règles équitables pour tous. Les élections aux Chambres de métiers et de l’artisanat sont l’occasion pour la FNTI de faire entendre ses propositions et la voix des artisans. Présente sur tous le territoire, la FNTI rassemble 2 500 adhérents.

12/05

RSI : urgence !

RSI : urgence !

Après plusieurs mesures d’urgence prises en septembre dernier, les ministres de la santé et du budget viennent de demander au RSI et aux URSSAF de proposer une nouvelle organisation de leurs réseaux pour améliorer le recouvrement des cotisations des indépendants. Mais, comment ce qui n’a pas été possible depuis 8 ans le deviendrait-il aujourd’hui ? D’autant plus que l’indispensable remise à plat du système informatique n’est toujours pas à l’ordre du jour !
Les artisans ne peuvent plus supporter les problèmes récurrents liés aux dysfonctionnements de structures administratives. Notre sondage IPSOS montre que ce sujet préoccupe 77% d'entre eux. Heureusement, de nombreux élus du RSI, pragmatiques, mènent des actions concrètes sur le terrain pour aider les artisans en difficulté avec le RSI. Mais cela reste évidemment insuffisant.
La CGPME ( CP du 21 avril 2016), la FFB ( CP du 21 septembre 2015) et le CNPA notamment ont fait de nombreuses propositions pour réformer en profondeur le RSI et le mettre enfin au service des petites entreprises, mais il manque une volonté politique dans la majorité qui pilote le RSI.

06/05

Un prix pour promouvoir les métiers d’art

Le prix Métiers d'art et Patrimoine bâti est organisé conjointement par Ateliers d'Art de France et l'association VMF. Il récompense un projet ou une action en cours en lien avec la transmission (formation d'un apprenti, reprise d'entreprise...) ou la valorisation (pérennité d'un savoir-faire rare, utilisation d'une technique ancienne...). Les dossiers doivent être déposés avant le 30 juin 2016.  Le prix sera remis jeudi 3 novembre 2016 sur le Salon International du Patrimoine Culturel au Carrousel du Louvre.

 4ème édition du prix "Métiers d'art et Patrimoine bâti"

03/05

Une campagne de communication pour les artisans !

Une campagne de communication pour les artisans !

Organisée avec la CGPME, le CNPA, la FFB, Artisans de notre avenir et la FEP (« qui sommes-nous »), cette campagne a pour objectif de porter un regard neuf sur l’artisanat et de valoriser le travail réalisé par les chefs d’entreprise. Elle se décline sous forme d’affiches, de cartes postales et de cinq vidéos. Pour compléter ce dispositif, le site internet www.fiersdetreartisans.fr reprend l’intégralité de l’actualité de la campagne, des vidéos, des infos pratiques et des sondages hebdomadaires. Les comptes Twitter et Facebook permettent également de faire vivre la campagne sur les réseaux sociaux.Fiers d'être artisans.pdf

27/04

Heureux comme un patron ?

80 % des patrons de TPE sont heureux d’être patrons, même si seulement 1 sur 3 se sent valorisé dans son activité par la société (étude réalisée par OpinionWay auprès de 506 patrons de TPE françaises, publiée le 14 avril 2016).

27/04

Qualification : marche arrière du gouvernement

La qualification des coiffeurs semble bien être sauvée. En début d’année, les pouvoirs publics voulaient supprimer l’obligation de posséder un brevet professionnel pour ouvrir un salon de coiffure. Mais le 24 avril dernier, le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, s’est engagé à maintenir ce diplôme. « Quand on est coiffeur, il faut être qualifié, c’est indispensable », a lancé le ministre. Le bon sens revient mais restons vigilants !

27/04

Élections CMA : c’est parti !

C’est officiel ! Les prochaines élections aux Chambres de métiers et de l’artisanat se dérouleront du 30 septembre au 14 octobre 2016. L’occasion pour nous, de prendre la parole de d’être artisans de notre avenir.

27/04

Non à la sur-taxation des CDD !

www.patronsventdebout.fr, le site de la manif virtuelle des patrons, s'adresse à tous les dirigeants de PME/TPE pour pousser un coup de gueule contre le projet de surtaxation des CDD, frein à la création d’emplois.